1er Mai : Le jour d’après je veux quoi ?

Alors que le monde entier fait face à la pandémie, ce 1er Mai sera plus que jamais la journée internationale de luttes des travailleuses et travailleurs. Depuis le début de la crise sanitaire, des millions de personnes sont confinées. De nombreux pays vivent grâce aux oublié·e·s, aux invisibles de nos sociétés, qui continuent à travailler, le plus souvent au risque de leur propre vie.

Les paroles de reconnaissance des gouvernements n’ont pas été suivies d’actes forts. Les mots sont évidemment insuffisants pour exprimer notre colère et notre détermination à faire changer les choses.

Nous porterons ce 1er Mai 2020, bien que confiné·e·s, les revendications qui sont plus que jamais d’actualité.

Sacrifier la santé des travailleur·se·s n’est pas admissible, La santé, la sécurité, le droit de retrait, de grève, le droit syndical doivent être respectés !

Sacrifier les droits des travailleur·se·s sur l’autel de l’économie n’est pas tolérable et ne pourra continuer quelle que soit la situation

Ce n’est pas une prime donnée au bon vouloir du patron ou de l’employeur public, une aide ponctuelle aux plus modestes qui suffiront aux travailleur·se·s : ce sont de vraies revalorisations salariales du Smic et des salaires, en particulier dans les conventions collectives où ils sont les plus bas, tout comme dans la Fonction publique !

Sacrifier les plus précaires d’entre nous n’est pas admissible dans une société d’égalité et de solidarité

Vacataires, intérimaires, intermittent·e·s, services civiques, la précarisation des travailleur·se·s s’est multipliée ces dernières années et la situation des chômeur·se·s et étudiant·e·s a été dégradée, tout comme celle des sans-papiers aujourd’hui ignoré·e·s sur le plan sanitaire comme social.

Même confiné·e·s, manifestons toutes et tous le 1er Mai

️ Prenez-vous en photo avec une pancarte et partagez-là :

  • commencez votre message par : « Le jour d’après je veux » et faites entendre vos revendications !
  • partagez vos photos, directement sur les réseaux sociaux en utilisant #1maicgt ;
  • vous pouvez également nous les adresser sur l’adresse mail photos- luttes@cgt.fr de façon à ce que la communication confédérale puisse les partager.

 

LUL vous propose cette affiche que vous pouvez imprimer et partager largement sur les réseaux sociaux que vous utilisez, mais vous pouvez poster un autre slogan, pas de soucis.

1ermai
Le 1er Mai, soyons visibles, solidaires, déterminé·e·s. Nous ne paierons pas la crise générée par des choix politiques d’un système capitaliste mortifère.

Transformons le monde de demain en un monde vivable, de justice sociale, écologiste et féministe !

Qui a parlé d’essoufflement de la mobilisation sociale ?

EPCdZN3WkAEZKOE

L’intersyndicale qui s’est réunie ce jour appelle à poursuivre le renforcement et l’élargissement de la mobilisation en multipliant les initiatives les 30 et 31 janvier en direction des populations. Elle a également décidé d’une nouvelle journée de grève et de manifestation à la veille de la Conférence de financement des retraites, mercredi 29 janvier.

Face a une réforme volontairement ambiguë, aujourd’hui, la seule chose que tout le monde a bien compris, c’est qu’il faudra travailler au moins jusqu’à 64 ans !

Le gouvernement doit entendre le mécontentement social sur son projet de réforme,  et en tirer la seule conclusion qui s’impose : le retirer et ouvrir de véritables négociations permettant de renforcer et de pérenniser notre système actuel de retraite.

Photo des diverses manifestations de décembre et janvier:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Amplifions la mobilisation du 5 décembre, partout en France, toutes et tous en grève !

affiche retraite

La liste des appels à la grève pour le 5 décembre ne cesse de de s’allonger.
Dans les entreprises privées comme dans celles du public, le mouvement s’étend.

Tous les jours, le mécontentement des salarié·e·s, des étudiant·e·s se fait entendre, sous toutes les formes et sur toutes les questions : les salaires, l’emploi, les conditions de travail et de vie…

Depuis quelques semaines, l’exécutif tente toutes les manœuvres, même les moins subtiles comme le débat sur l’immigration, pour détourner la colère et reprendre la main sur les événements – mais leur stratégie semble échouer.

La prise de conscience collective sera toujours plus forte que leur stratégie de division.

Quoi qu’il en soit, le doute semble avoir changé de camp.

Il nous reste 15 jours pour lever les derniers obstacles à la mise en mouvement de ceux qui hésitent encore à passer à l’acte. Il nous faut le faire en incluant toutes les revendications qu’ils expriment et en leur proposant de rejoindre la CGT.

N’est-ce pas la meilleure façon de préparer le 5 décembre et ses suites

4-pages contre la réforme des retraites:

20191030_Retraite-4pages_Planche_STC

Le service d’imagerie médicale de l’hôpital de Vierzon en grève à 100%

greve-service-d-imagerie-medicale-vierzon_4537482

Les douze agents du service d’imagerie médicale de l’hôpital de Vierzon (radio, scanner et IRM), que l’on appelle les « manip radio » sont en grève ce mercredi 6 novembre. Il suivent un appel national demandant une meilleure reconnaissance de leur métier. Ils dénoncent le manque d’effectifs et de formations.

On les appelle des manipulateurs en éclectroradiologie médicale (MERM), ou plus familièrement « manip radio ». Ils sont douze à assurer le fonctionnement des radios, scanners et IRM à l’hôpital de Vierzon. Pour la première fois, ils ont décidé de se mettre en grève toute la journée du mercredi 6 novembre. Ils ne sont pas syndiqués mais soutenus par la CGT de l’établissement. La grève est suivie à 100% mais trois agents sont assignés pour les urgences.

Les agents suivent un mouvement de grève national qui demande une meilleure reconnaissance de leur travail. « Tout le monde a besoin de nous, mais personne ne nous connaît, résume Pierre Macsay, manip radio. Nous sommes les seuls à savoir faire fonctionner les machines. »

Au niveau local, les agents dénoncent un manque de personnel à l’hôpital : « Nous sommes en permanence en sous-effectifs depuis l’ouverture de l’IRM, déplore Pierre Macsay.  Nous pouvons travailler avec trois week-ends d’affilée, des séries de six jours d’affilée… Je viens de sortir de 48 heures de garde. Les douze manip radio ont fait 1.390 heures supplémentaires depuis début 2019 et l’année n’est pas finie. Ces heures ne sont pas payées et difficilement récupérables. »

« On a un salaire de base inférieur aux autres bac+3 de l’hôpital »

Les agents demandent également une meilleure rémunération. Ils ne touchent ni la prime Buzyn (100 euros par mois) pour les urgences, ni la prime Veil (100 euros par mois également) destinée au personnel soignant. Le salaire des manip radio démarre à 1.800 euros bruts par mois et atteint 1.860 euros bruts au bout de cinq ans. « On a un salaire de base inférieur aux autres bac+3 de l’hôpital, souligne Pierre Macsay. On ne se soucie pas de nous. Nous sommes en contact avec le sang, le vomi, les matières fécales. On fait des prises de sang, on perfuse les patients… Dans notre première année de formation, nous devons développer nos compétences de soignants. »

Justement, les douze agents dénoncent un manque de formation. « Nous avons eu seulement une formation obligatoire. Depuis l’ouverture de l’IRM, les autres formations sont attribuées à l’IRM car c’est la vitrine de l’hôpital », poursuit-il.

Pour montrer leur mécontentement, les manip radio ont pris une décision radicale, qui n’impactera pas les patients : « Depuis mardi matin, nous avons cessé toute activité de facturation, précise Pierre Macsay. Dans les textes réglementaires, on n’est pas tenu à la facturation. C’est un moyen de pression qui se fait partout en France. La perte financière est colossale. Mais pour nous, avec une journée de grève, la perte est importante. Et cela n’aura pas d’influence sur le patient. »

« On est typiquement dans le cas d’un mouvement de grève national, comme celui qui s’est produit sur les urgences, et le personnel exerce son droit de grève, déclarent Karim Amri et Frédéric Mazurier, administrateurs provisoires de l’hôpital. Il n’y a jamais eu de remontée de leur part. Nous ne ferons pas de commentaires sur les revendications. » Tous deux soulignent que les manip radio sont aussi bien traités que les autres professionnels de l’hôpital :  « Il n’y a pas une catégorie socioprofessionnelle qui soit mieux traitée qu’une autre. La question de la reconnaissance d’un métier fait partie des négociations nationales . » Toutefois, dans une lettre aux agents, la direction des ressources humaines reconnaît qu’il manque 1,7 équivalent temps plein pour l’ensemble de l’unité. Elle admet aussi que les manip radio « exercent un métier de soin qui peut être lourd physiquement et psychologiquement face aux pathologies prises en charge et l’effectif général dans cette profession est nettement plus réduit que les personnels soignants. »

Une prochaine journée de grève est prévue jeudi 14 novembre avec cette fois-ci les autres services de l’hôpital, à l’occasion de la journée nationale de grève dans le monde de la santé. 

Benoît Morin

Guichets SNCF : nouvelle mobilisation des cheminots

Les Cheminots CGT de la région Centre Val de Loire avec 700 autres cheminots de toutes la France rassemblés Gare du Nord à Paris, à l’appel de la Fédération CGT des cheminots, pour exiger la réouverture des gares et des guichets sur tout le territoire national !

Nouvelle journée d’action à la SNCF partout en France. Mardi 5 novembre, les cheminots se mobilisent pour sauver les guichetiers, un métier menacé par internet et les bornes automatiques.

Des files d’attente interminables en gare, des guichetiers de moins en moins nombreux remplacés par des machines… Une situation dénoncée mardi 5 novembre par les agents de la SNCF. Une déshumanisation que déplorent aussi les usagers. « Je suis vieux, je ne peux pas maîtriser internet et je tremble. Je préfère donc aller au guichet », explique l’un d’entre eux. En cinq ans, selon le syndicat Unsa, au service clientèle de la SNCF, plus de 2 000 postes ont été supprimés.

Un nouvel objectif pour Jean-Pierre Farandou

Cette situation est intenable pour la CGT, qui réclame des embauches. « On est dans une tension permanente, voire d’agression. Les agents ont l’impression de ne pas faire correctement leur travail », explique Laurent Brun, secrétaire général de la CGT Cheminots. Les syndicats pourraient avoir gain de cause. Le week-end dernier, le nouveau PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, annonçait que la durée maximale d’attente aux guichets ne dépasserait plus 30 minutes.

 

Fin du conflit social à La Poste dans le sud du Cher

probleme-ouverture-la-poste-marmagne_4532224.jpeg

Le conflit social lié à la restructuration de La Poste dans le sud du Cher a pris fin, ce vendredi, après cinquante jours de grève.

C’est la fin d’un conflit social qui aura duré cinquante jours dans le sud du Cher. Le préavis de grève illimité, déposé par Sud et la CGT, a été levé ce vendredi par les deux organisations syndicales à la suite des discussions menées avec la direction de La Poste.

Une partie des grévistes reprendra le travail ce samedi et une autre lundi. La distribution du courrier dans le sud du département, qui connaissait de nombreuses perturbations depuis le début du mouvement, devrait connaître une nette amélioration dans les prochains jours. « Les équipes de l’établissement sont désormais mobilisées dans leur totalité pour garantir la qualité de service due à leurs clients », a souligné la direction de La Poste, hier, dans un communiqué.

Le protocole de sortie de conflit a été signé ce vendredi à la mi-journée entre la direction de l’établissement de Saint-Amand-Montrond et la CGT. Les mesures de l’accord portent notamment sur le recrutement de trois personnes en contrat à durée indéterminée.

Selon le communiqué de La Poste, l’accord comporte « des renforts pour faciliter l’appropriation de la nouvelle organisation mise en place le 17 septembre dernier et diverses autres mesures d’accompagnement ».

Sud n’a pas signé le protocole

La CGT évoque de son côté des « avancées sur les conditions de travail » et se réjouit « de la mise en conformité de l’îlot du Châtelet », actuellement en travaux. En revanche, elle n’a pas obtenu gain de cause en ce qui concerne le maintien d’effectifs à Châteaumeillant et Lignières.

Le syndicat Sud n’a pas signé le protocole de sortie de conflit, jugeant « complètement insuffisantes » les mesures liées à cet accord.

Guillaume Faucheron

CGT Cheminots de Vierzon : oui le droit de retrait est justifié

David Lasnier, secrétaire du syndicat CGT Cheminots de Vierzon, réagit au droit de retrait des cheminots ce qui a entraîné d ‘énormes perturbations dans les trains. Il s’en explique.

ob_a0d1c7_ob-e52a2a-img-20190607-201233

Le droit de retrait avec danger grave et imminent était-il justifié ?

Bien sûr qu’il est justifié, nous avons évité un drame en Champagne Ardennes. Un TER a percuté un camion de transport exceptionnel sur un passage à niveau. Suite à cet accident, une majorité d’agents de conduite et de contrôleurs de la région de Reims exercent depuis hier leur droit de retrait.

Ces agents alertent une nouvelle fois des dangers de l’Equipement Agent Seul. (Agent de conduite seul). Depuis des années, la CGT Cheminots n’a de cesse de dénoncer ce système.

Un bilan qui tient du miracle ! Puisque 11 personnes sont légèrement blessées sur 70 voyageurs présents !

Le train a déraillé mais sans se coucher ! Le feu a envahi la cabine de conduite.

Le conducteur du TER a dû appliquer lui-même toutes les procédures de sécurité à bord du train, en laissant les voyageurs seuls et faire toutes les procédures sur le terrain afin de protéger son train contre toutes circulations ferroviaire pouvant venir sur la voie contigüe et ceci malgré ses blessures. Avec ces procédures de sécurité, il a permis l’arrêt d’un train arrivant à contre sens. Les conséquence auraient pu être lourdes puisque certains passagers étaient descendus du train dans les voies.

Avec un contrôleur à bord, cela ne se serait pas passé comme cela. Il est formé à ce genre de situation  et ce serait occupé des usagers dans ce mouvement de panique générale. 0Je n’ose même pas imaginer ce qu’il s’est passé dans la tête des gens. Tout le monde aurait pu avoir un proche dans cette situation. Vous imaginez un peu ? Je pense que les personnes à bord on mesuré le danger que le conducteur soit seul dans ce  moment-là.

Pourquoi ne pas appliquer ce droit de retrait à chaque accidents de passage à niveaux par exemple ?

Effectivement nous pourrions le faire à chaque incident sur les passages à niveau. Si l’agent se sent en danger, il est libre d’exercer son droit de retrait. Car c’est une action individuelle comme le prévoit le code du travail.

N’y avait il pas moyen de prévoir un mouvement social spécifique sur l’absence de contrôleurs au lieu de prendre les usagers de court ?

Les faits du 16 octobre ont précipité les choses et il y a un ras le bol des cheminots. Les effectifs sont de moins en moins importants donc les agents sont de plus en plus sollicités pour pallier à ce manque de personnel. Et puis pour organiser une grève à la SNCF il y a un processus de 15 jours entre le moment où les organisations syndicales déposent une demande de concertation immédiate et le premier jour de grève. Ce que les usagers ne savent pas, c’est qu’avant un mouvement de grève, il y a au moins 2 étapes de négociation et de dialogue avec la direction. C’est bien elle qui a le pouvoir de stopper ce processus. Et puis je tiens à préciser quand même que la date n’a pas été choisi comme nous l’avons entendu sur certaines chaines d’information. Oui c’est les vacances scolaires et oui les usagers vont avoir du mal à prendre le train. Mais c’est également pour leur sécurité que nous faisons cela et pas pour les pénaliser où les prendre en otage.

Quelle est la situation des conducteurs aujourd’hui ? Quelle fréquence de trains sans contrôleurs ?

La situation aujourd’hui sur la mobilisation est très importante, sur la région Centre Val de Loire, peu de trains ont circulés (environ 85% de trains supprimés). Il y a une prise de conscience énorme depuis cette incident. La fédération CGT des Cheminots n’a cessé de le dire à la Direction, dans la presse, dans les tracts que l’EAS était un danger pour les circulations et les usagers. Mais comme à chaque fois, il est de coutume de dire que nous sommes privilégiés de travailler à la SNCF et que ce sont des faux problèmes.

La fréquence des trains qui circulent sans contrôleurs sont les trains Tours – Nevers, Orléans – Nevers via Vierzon/Bourges et Bourges Montluçon sur notre région. C’est juste énorme, vous imaginez le nombre de fois que le scénario qui s’est déroulé le 16 octobre en Champagne Ardennes pourrait se reproduire sur nos lignes ? je vous laisse imaginer au niveau national.

Quelle sera la prochaine mobilisation ?

La fédération CGT des Cheminots est en réflexion pour rejoindre l’action interprofessionnelle du 5 décembre contre la réforme des retraites. Notre fédération a des propositions sur le sujet, notamment l’élargissement de notre régime spécial à l’ensembles de la branche ( travailleurs du rail).

Quelques initiatives entre temps sur des thèmes bien spécifiques. Le 31 octobre, une action sur le Fret à Rungis notamment pour la sauvegarde de train Perpignan – Rungis que Fret SNCF a décidé de ne plus faire ainsi que le passage en SAS (société anonyme par action simplifiées) au 1er Janvier 2020. Le 5 Novembre, une action gare contre les réorganisations et les suppressions des guichets et le 19 Novembre, une action équipement contre la sous traitance à la SNCF.

Vierzonitude

 

Restructuration dans le sud du Cher : ce qu’il faut retenir des échanges entre grévistes et La Poste à Bourges

rencontre-conflit-social-la-poste_4518670

Une partie du personnel en grève contre la restructuration de La Poste dans le sud du Cher a rencontré, vendredi, des membres de la direction nationale du groupe, à Bourges.

Une partie du personnel de La Poste en grève contre la réorganisation dans le sud du département et des représentants des organisations syndicales étaient, vendredi, dans les locaux situés avenue de la Prospective, à Bourges. Une trentaine de personnes étaient réunies devant l’entrée du bâtiment.

« La nécessité de se transformer »

Une rencontre a eu lieu durant la matinée avec Yannick Imbert, directeur des affaires territoriales et publiques du groupe La Poste afin d’évoquer le conflit social qui a débuté le 11 septembre dernier. Philippe Wahl, président-directeur général du groupe La Poste, était également à Bourges. Il a rencontré les représentants du personnel comme il le fait habituellement lors de ses déplacements.
Les organisations syndicales ont échangé au sujet du conflit social essentiellement avec Yannick Imbert. « Ils sont ennuyés, ils veulent en sortir », a commenté Dominique Larduinat, représentant CGT-FAPT. « Lors de ces audiences, la nécessité pour La Poste de se transformer, compte tenu de l’évolution de son contexte, a été réaffirmée », a commenté la direction départementale de La Poste, vendredi, via un communiqué.

L’îlot du Châtelet jugé « illégal »

L’échange a été l’occasion d’évoquer la problématique de l’îlot du Châtelet jugé « illégal » par les grévistes depuis le début du mouvement en raison de « l’absence de fenêtre, de toilettes privatives et d’eau courante ». Le personnel du local castellois a d’ailleurs été transféré lundi dernier à Lignières afin de procéder aux travaux nécessaires de cet îlot.

L’inspection du travail s’était rendue sur les lieux précédemment et une procédure avait été lancée. Les neuf postiers sont transférés pendant la période des travaux, dont la durée n’a pas été précisée. « Ces travaux montrent que l’on avait raison depuis le début et la légitimité du mouvement », souligne Dominique Larduinat.

« La nouvelle organisation mise en œuvre à Saint-Amand s’inscrit dans la logique de cette transformation avec, notamment, la mise en place d’un îlot sur Le Châtelet. Il nécessite des aménagements pour être complètement en conformité », a indiqué la direction.

Grève reconduite

La grève a été reconduite pour lundi. « Nous voulons le maintien de la distribution à Châteaumeillant, poursuit Dominique Larduinat. Et nous souhaitons être entendus sur nos revendications concernant l’emploi et le service public. »

Guillaume Faucheron et Emmanuel Letreulle

Nous vous rappelons qu’il existe une cagnotte leetchi car le nerf de la guerre c’est bien l’argent à ce niveau là.

http://www.leetchi.com/c/aide-au-facteurs-de-saint-amand

Déjà quatre semaines de grève à la Poste dans le Boischaut

greve-de-la-poste_4507803.jpeg

La grève contre la réorganisation de La Poste dans le sud du Cher a débuté depuis quatre semaines. Les négociations entre la direction et les syndicats sont dans l’impasse.

Le mouvement contre la réorganisation de La Poste dans le sud du Cher a débuté le 11 septembre dernier. Quatre semaines plus tard, la mobilisation est toujours d’actualité et aucun élément, à l’heure actuelle, ne semble laisser présager une issue au conflit.

Contre l’îlot de facteurs au Châtelet

Rassemblés de nouveau hier matin devant le centre de tri de Saint-Amand-Montrond, avenue des Carmes, les grévistes (*) s’opposent à la fermeture des centres de distribution de Châteaumeillant et de Lignières et à la mise en place d’un îlot de facteurs au Châtelet.

Ils déplorent notamment les conditions de travail dans lesquelles ils doivent évoluer dans les locaux castellois, dans un îlot jugé « illégal » par les grévistes.
Malgré les rencontres quotidiennes qui ont lieu chaque jour entre les syndicats et la direction de La Poste, les négociations n’avancent pas. « Nous avons fait des propositions mais nous n’avons que des refus », affirment les représentants des syndicats, la CGT-FAPT et SUD-PTT.

« On a d’un côté un trieur et d’un autre côté un distributeur. C’est la fin de notre métier »

Un facteur en grève

Des grévistes dénoncent la dégradation de leurs conditions de travail. « On a d’un côté un trieur et d’un autre côté un distributeur. C’est la fin de notre métier », estime un facteur en grève.

L’argument de l’empreinte écologique est revenu à nouveau dans les arguments des grévistes : « Une lettre qui va de Saint-Amand à Saint-Amand passe par Orléans (Loiret) », assure un autre facteur.

La direction de La Poste s’est exprimée sur ce conflit social par voie de communiqué : « Les échanges se poursuivent, la direction reste décidée à sortir de ce conflit dans les meilleurs délais et dans les meilleures conditions pour chaque postier et pour chaque client. »

Les grévistes prévoient une action d’information ce vendredi, à destination des salariés du bureau de poste de Bourges, situé rue Moyenne, durant une partie de la matinée.
(*) Les grévistes étaient au nombre de vingt-sept mercredi 9 octobre selon les syndicats, de seize selon la direction de La Poste.

Guillaume Faucheron

Nous vous rappelons qu’il existe une cagnotte leetchi car le nerf de la guerre c’est bien l’argent à ce niveau là.

http://www.leetchi.com/c/aide-au-facteurs-de-saint-amand

GRÉVE FACTEUR SAINT-AMAND MONTROND

2649

 

Au 23 ème jours, le moral est bon après cette journée de rassemblement.
Environ 100 personnes étaient présentes sous la pluie en début de matinée.

De nombreux élus du St Amandois (une bonne quinzaine minimum) se sont aussi rendus au rendez-vous du soutien des grévistes sachant que nous avons aussi des excusés. Plusieurs interventions ont démontré la nocivité de cette organisation sur l’attractivité du territoire selon la présence  des services publics.

La direction semble attendre la réunion de lundi à Bourges avec le directeur adjoint de la DEX pour faire des « annonces »..

Spéciale dédicace pour la présence d’Angéline de L’Eure et Loir venue porter une enveloppe financière et le soutien  du syndicat.
Plus de 1000 euros ont été recueillis pour cette journée avec de nombreux versements et d’autres  dons sont annoncés pour bientôt.

Des grévistes de St Florent, St Germain, Bourges et bien sûr de Vierzon sont aussi venus faire preuve de leur solidarité.

A mon sens, la direction a plusieurs problèmes. L’illégalité du local du Châtelet, l’absence de local de substitution et surtout 3 conflits en cours dans la région Centre (Dreux, Chalette/loing et St Amand…) mettant  les « jaunards » en difficulté.

La matinée s’est conclue par le repas avec le désormais célèbre « paté aux patates »  du vendredi de Martine.

Et le soleil est revenu……

Merci à tous les camarades, anciens collègues et membres   présents pour leur soutien moral et financier.

Hasta la victoria siempre…

Mise à jour 08/10/2019:

28 jours de grève à Chateaumeillant Saint Amand : la direction a les boules.

Aujourd’hui, 28 éme jour de grève, lundi, une audience avec le N° 2 de la DEX qui nous martèle le schéma industriel, aujourd’hui rebelote avec le directeur, mais un changement notable, ils ne savent plus quoi faire avec l’îlot « illégal » , on nous parle d’algeco en location, tout en reconnaissant que le local prévu n’est pas aux normes !!! mais que ça « passait » ailleurs….
Les collègues toujours déterminés occupe le temps entre autres, « challenge » de pétanque… mais comme on sait l’argent est bien le nerf de la guerre, la Poste le sait et envoie régulièrement un état des jours de grève…

 

Tract rassemblement du 04/10/2019: Tract rassemblement 4 octobre St Amand

Cagnotte: http://www.leetchi.com/c/aide-au-facteurs-de-saint-amand

 

 

la CGT une force à vos cotés